Présentation

Histoire

Le shuai jiao, art de l’esquive et de l’utilisation de la force de l’autre, est le plus ancien des arts martiaux chinois. Il résulte de plusieurs millénaires de découvertes et de transmissions. Cette lutte à mains nues et au corps à corps  fut d’abord pratiquée dans les tribus, puis entre soldats, avant de devenir discipline impériale. 

Le shuai jiao atteint son apogée à l’époque des empereurs chinois. Des compétitions opposaient alors des lutteurs venus de toute la Chine. Les meilleurs jouissaient d’un statut privilégié en tant que gardes du corps de l’empereur.

Aujourd’hui, en Chine, c’est la discipline de référence en matière de techniques de combat au corps à corps. Le judo, le sumo, le jiu jitsu et les arts martiaux chinois (wushu) lui doivent beaucoup. Les règles ont été adaptées pour la compétition au début du xxe siècle, lors des premières rencontres internationales.

La discipline

Le shuai jiao combine la science des préhensions (saisies et contre saisies) et la science des projections dans une dynamique de déplacements circulaires.

L’objectif est de mettre à terre son adversaire tout en restant debout, à l’aide de n’importe quelle technique à l’exception des clés et des frappes.

Les combattants portent une veste à manches courte, nommée « dalian », nouée d’une ceinture, un pantalon de coton et des chaussures souples : une tenue qui favorise la fluidité.

Le shuai jiao développe des capacités physiques – habileté, vivacité, souplesse – mais aussi d’écoute et d’observation. Il apporte assurance, volonté et combativité dans le respect du corps et de l’adversaire.

Site officiel de l'Union Française de Shuai Jiao